Bienvenue sur l Ile de Boipeba
 
 

L'île de Boipeba appartient à l'archipel de Tinharé et fait partie de la commune de Cairu dans le sud de l' état de Bahia.

L'île qui est entourée d' un côté de l' océan et de l' autre de l'estuaire du" Rio de l 'enfer" est d 'une rare beauté naturelle; elle possède une grande variété d' écosystèmes.

 

M'boi pewa est un mot d'origine Tupy (langue indigène) signifiant serpent aplati en référence à la tortue marine qui a donné son nom à l'île.

 

Boipeba possède une forêt dense, la "Mata Atlantica", une "restinga", des dunes, une mangrove très étendue, des plages bordées de cocotiers et des récifs, c' est d'une très grande richesse et diversité écologiques.

Les récifs coralliens longeant la côte protègent les plages des vagues et des courants.Ils sont larges,traversés par quelques canaux et puits.

 
 

La flore et la faune sont riches, coraux, algues, poissons, mollusques, oursins, étoiles de mer entre autres. Quelques tortues marines pondent leurs oeufs sur les plages de l' île.

 

 

Les forêts de l' île abritent de nombreux oiseaux différents, tels que les colibris ainsi que des renards, des tatous, des reptiles et d 'autres animaux.

 

De par l' importance du patrimoine naturel et de la nécessité de protéger les écosystèmes des îles de Tinharé et Boipeba, l'état de Bahia a créé l'APA ( Zone de Protection de l' environnement) en Juin 1992.

 
 

Les habitants de Boipeba désirant la réussite des projets du Plan Directeur de la Région, se sont groupés dans l'Association des Habitants et Amis de Boipeba (AMABO) afin de concevoir ensemble un développement durable. Amabo veut contribuer à l'amélioration des conditions de vie de la population avec par exemple le développement des activités économiques, comme le tourisme sans dégrader la nature.

 

Climat et température

Mois:
 
Jan.
Fev.
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Sept.
Oct.
Nov.
Déc.
Heures d'ensoleillement :
(moyenne mensuelle)
 
9
8
8
7
6
6
6
7
7
8
8
8
Température diurne:
(moyenne mensuelle)
 
31°
31°
30°
29°
28°
27°
26°
26°
27°
28°
29°
29°
Température nocturne:
(moyenne mensuelle)
 
24°
24°
23°
23°
22°
22°
21°
21°
21°
22°
22°
23°
Température de la mer:
(moyenne mensuelle)
 
28°
28°
27°
27°
27°
26°
25°
25°
25°
26°
26°
27°
Pluviométrie /mm:
(moyenne mensuelle)
 
100
110
140
310
310
250
200
150
120
120
120
110
 

Les villages


Boipeba est un des lieux les plus anciennement colonisés de l 'état de Bahia. En 1537 les jésuites ont fondé le village et la résidence de Boipeba. Il y a 4 villages sur l'île, Velha Boipeba, São Sebastião, Moreré et Monte Alegre.


Les seuls accès sont par la mer ou par le fleuve. L'accès fluvial est le plus utilisé, les eaux de l' estuaire sont très calmes. Cependant des bancs de sable et une profondeur limitée peuvent en compliquer l' accès.

 

 
 

Velha Boipeba

Village construit autour de la place Santo Antonio, Velha Boipeba est le plus peuplé de l île, environ 1600 personnes, surtout des pêcheurs. Depuis 10 ans le tourisme se développe activement. L'église de Divino Espírito Santo du 17e siècle est le monument le plus important.

 

Moreré

Le village est situé sur la côte atlantique entre Ponta dos Castelhanos et Velha Boipeba. C 'est le 2ème village le plus visité. Il y a quelques pousadas, bars et restaurants. Pas de quai , les gens et les marchandises sont débarqués sur la plage .

 

 
 

São Sebastião

Ce village est au sud de l'île, dans une crique prés de Ponta de Castelhanos. Il est connu comme "Cova da Onça"( caverne de la panthère), nom dû à l'existence d'une grotte ; plusieurs histoires sont racontées...la grotte aurait été la cachette de jésuites pendant l'attaque des indiens à l'époque de la colonisation.

 

Economie et infrastructure

 
 

La pêche est l'activité économique prédominante de l'île.
Il y a presque 40 embarcations équipéesd' un moteur diesel, mais sans instrument de navigation. Ce qui prévaut vraiment est le courage, l'habileté et les connaissances de la mer de tous les pêcheurs.

 

On pèche toutes sortes de crabes, des praires et surtout des crevettes en plus bien entendu de nombreux poissons.

Le tourisme comme activité économique est très récent sur l'île. Il y a à peu prés 50 établissements touristiques, surtout de petites pousadas.

On cultive surtout le cocotier et le palmier à huile, mais aussi quelques fruits comme la mangue, le caju et la mangaba.

 

Comme il n'y a pas de voiture sur l'île, on se déplace à pied, en tracteur et en bateau ce qui facilite la protection de la nature et motive un tourisme écologique.

L'énergie électrique et de 220 V et arrive par câbles souterrains.

 

 

Historique

 
 

Pendant les trois premières décennies de la colonisation, le littoral de l'état de Bahia a servi d'appui à la "route de l'Inde" dont le commerce de produits de luxe - soie, tapis, porcelaines, épices - était plus avantageux que les produits offerts parla nouvelle colonie. Les bateaux s'approvisionnaient en eau et en bois, faisaient leurs réparations dans les petits et grands ports naturels de ce littoral.

 

Le littoral de l'état de Bahia était occupé par des nations indigènes du groupe linguistique tupi: les Tupinambas, les Tupiniquins et les Amorés. Ce sont les Tupinambás qui habitaient les îles de Boipeba, Cairu et Tinharé, Cairu était la plus grande métropole indigène de la région. Le nom Cairu vient du mot "Aracajurru" qui signifie en Tupi "la maison du soleil".

La colonisation a commencé à partir de 1516. La côte a été divisée en trois capitaineries et plus tard en 5. Au 18ème s. les capitaineries ont été incorporées à la Couronne, à la création du siège du gouvernement général ce qui a formé la grande Capitainerie de l'état de Bahia.

Les franciscains ont été les premiers catéchèses. Mais ce sont les jésuites qui ont eu le plus grand rôle , ils sont arrivés en 1549, avec le premier gouverneur du Brésil, Tomè de Souza. Ils ont en plus du Collège de Salvador résidé à Porto Seguro et Ilhéus.

 
 

A partir de ces lieux, ils ont fondé plusieurs villages aux alentours.
En 1563, Mem de Sá a offert au collège de Bahia une "sesmaria" de douze lieues de Camamu où justement les jésuites avaient fondé les résidences de Boipeba et de Camamu.

 

Au cours du 18ème s., cette région est devenue la productrice de denrées alimentaires et de matériaux de construction pour Salvador et pour la région de canne à sucre. Le village de Boipeba a grandi par l'arrivée de colons qui fuyaient les attaques des Aimorés entre 1608 et 1610.

 

L'église du Divino Espírito Santo de Velha Boipeba, construite par les jésuites, est le monument historique le plus important de l'île. Elle a été construite en 1610 et rénovée au 19ème s.

 

 
 

Pendant 3 siècles l'économie du littoral, surtout entre Ilhéus et Valença était basée sur l'extraction de l 'arbre "Pau Brasil" très prisé pour les teintures puis des arbres natifs pour les constructions civiles et navales.

 

On cueille aussi des fibres végétales telles que la "piaçava" , et les glands du palmier à huile. La canne à sucre s'est développée au 17ème.s. autour de Camamu et la culture du manioc s 'est développée dans les baies de Tinharé et Camamu surtout sur les îles protégées des attaques indigènes.

Au 18ème s. d' autres cultures telles que le cacao, la cannelle, le clou de girofle et le poivre ont été introduites.

 

Par sa position stratégique à l'entrée de la" Baie de Tous les Saints", le gouverneur Diogo Luis de Oliveira a fait construire en 1631 un fort à Morro de São Paulo qui a été transformé en 1730 en une puissante fortification.

 
 
 

A la fin du 18ème s. au bord de la rivière Una le village
d' Amparo est devenu un petite ville: Valença (1799)